Objets d'hier A voir Documentation Annonces





Nouvelle recherche
 

TRIBULUM



Un tribulum est un panneau en bois, rectangulaire, utilisé autrefois pour le dépiquage des céréales, c’est-à-dire pour séparer la graine de l’épi et récolter les grains, le plus souvent appelés à devenir de la farine.

Également appelée « planche à dépiquer » ou  « traîneau à dépiquer », « planche à battre », « picaïre » et « estrillo » (traduction d’étrille) en espagnol, le tribulum est un outil agricole qui fût très répandu dans tout le bassin méditerranéen.

Une planche à dépiquer se reconnait du premier coup d’œil : il s’agit d’une planche de bois, plate,  l’extrémité avant se relève comme sur un traineau et la face en contact avec le sol est recouverte d'éclats de pierres tranchantes, très souvent des éclats de silex.

Le tribulum était tiré par un ou deux animaux. On le passait directement sur des gerbes de céréales séchées, étendues sur une vaste aire à battre, dont le sol était couvert de pavés ou d’une terre argileuse bien sèche et bien dure.

Après quelques heures de travail, les tiges étaient hachées et le grain s’était séparé de l’épi.

La paille ainsi obtenue était soit donnée aux animaux, comme fourrage ou litière ou encore mélangée à de l’argile pour la fabrication de briques destinées à la construction des habitations.

Cette méthode de dépiquage est très locale : elle s’employait  dans tout le monde méditerranéen car les céréales devaient être très sèches. Ailleurs, on pratiquait plutôt le « chaubage », qui est l’égrenage des épis avec un fléau, méthode qui préserve la tige.

L'emploi des « planches à dépiquer » était très fréquent dans l'agriculture espagnole traditionnelle  et encore en usage en 1950! C’est la moissonneuse batteuse qui viendra le détrôner définitivement en battant, récoltant et nettoyant les céréales en une seule opération.

 

L’aspect très rustique et rudimentaire de cet outil peut nous interloquer. Il est important de souligner qu’on trouve les premières traces d’usage du tribulum en Iraq, au IIIème siècle mais c’est Columelle, au Ier siècle après JC, qui en parle le premier, dans son ouvrage « De Rustica ».

Utilisé depuis des millénaires, sa forme n’aurait pas évoluée, car son usage apporte une entière satisfaction, sa mise en œuvre est simple et la fabrication artisanale longue (certains tribulums comptent plus de 3 000 pointes de silex !) mais à la portée de tous l’a rendu très populaire.

De nombreux modèles présents dans notre Sud proviennent d’Espagne.




TRIBULUM libanais

TRIBULUM Hongrie?

TRIBULUM France

TRIBULUM détail

TRIBULUM détail

TRIBULUM provenance inconnue

TRIBULUM Pays de l'Est

Schéma de la mise en oeuvre