Objets d'hier A voir Documentation Annonces





Nouvelle recherche
 

SANTONS DE PROVENCE



Ah, quel plaisir de ressortir nos crèches en ce le temps de l’Avent et des réjouissances de Noël ! (article publié le 7 décembre 2014) 

Les santons de Provence sont familiers pour nous tous mais il est intéressant, maintenant qu’on les a exhumés de nos cartons, d’en connaitre un peu plus à leur sujet.

 

Les santons sont de petites figurines réalisées en argile. Ils sont de petite taille et toujours peints de couleurs très vives. Ils étaient à l’origine, réalisés en mie de pain, mais, trop fragiles, les artisans décidèrent de les fabriquer en argile rouge de Provence.

 

Ils ont pour mission unique de figurer la Nativité, dans un vaste décor, composé d’une colline, d’une rivière avec un pont et d’oliviers (généralement représentés par du thym fleuri), ainsi que de

l’étable dans laquelle se trouve la Sainte Famille, surmontée de l’étoile du Berger. Plus tardivement, on ajoutera des bâtiments et de nombreux accessoires. Cette importante scène accueille des figures locales et des métiers traditionnels, de manière à figurer au maximum un vrai village d’autrefois.

La crèche, c’est la mise en scène de la Nativité et l’expression d’une piété populaire.

 

La tradition de la crèche de Noël trouve son origine au Moyen Âge, même si des représentations de la Nativité ont déjà été peintes ou sculptée, dès le IIIème siècle.

La légende voudrait que François d'Assise, dont la mère était originaire de Tarascon, ait créé, en 1223, la première crèche vivante à Greccio alors que ces scènes étaient déjà jouées depuis plusieurs siècles par des comédiens, sur les parvis des églises.

Ces « crèches vivantes », jouées partout en Italie, ont donné naissance à une tradition qui s’est perpétuée. Finalement, les acteurs de chair et d’os,  ont été remplacés par des personnages en bois, en cire, en carton-pâte, en faïence et même en verre.

Les premières crèches ressemblant à celles que nous connaissons font leur apparition dans les églises au XVIème siècle.

Cette reconstitution se répandit sous l'influence des franciscains, surtout en Provence et en Italie. Ce furent les Jésuites qui, les premiers, utilisèrent la crèche miniature.

La première crèche connue fut celle créée à Marseille, en 1775, par un dénommé Laurent. Elle était constituée de mannequins articulés vêtus de costumes locaux. Pour y ajouter un brin d’exotisme, le créateur y avait placé des girafes, des rennes et des hippopotames. Jean-Paul Clébert raconte : « À l'époque du Concordat, Laurent montrait même un carrosse qui s'avançait vers l'étable ; le pape en descendait, suivi des cardinaux. Devant eux s'agenouillait toute la Sainte-Famille et le pape lui donnait sa bénédiction. Pendant l'adoration des bergers, un rideau se levait, dévoilant la mer sur laquelle voguait un bâtiment de guerre. Une salve d'artillerie saluait l'enfant Jésus qui, réveillé en sursaut, ouvrait les yeux, tressaillait et agitait les bras ».

 

Après la Révolution française qui entraîne la fermeture des églises et la suppression de la messe de minuit, les représentations publiques de la Nativité furent arrêtées. C’est alors qu’en Provence des petits personnages, les « santoun » ou « petits saints », ont été créés pour qu’une crèche de Noël puisse fleurir dans l’intimité du foyer de chaque famille provençale.

En 1803, peu après le Concordat, la première Foire aux santons fut inaugurée à Marseille. Elle s’y tient toujours ! Et finalement, la France entière s’est mise à l’heure provençale pour fêter la naissance de Jésus.

Le véritable santon de Provence, en argile non cuite, a été créé à Marseille par Jean-Louis Lagnel (1764-1822), il fut au début concurrencé par les « santibelli », d'origine italienne et qui réalisés en plâtre étaient vendus autour des années 1830 par des marchands napolitains dans les rues du Vieux-Port.

 

Les santonniers passent par sept étapes pour réaliser un santon.

Ils réalisent, tout d'abord, un modèle dans l'argile crue, placé sur un socle qui fera partie du sujet. Ensuite a lieu la fabrication du moule coulé en plâtre. Le moulage se fait en pressant un colombin d’argile fraîche dans une moitié du moule qui a été talqué. Après une pression à la main des deux parties, le surplus est ébarbé et le santon sorti du moule est mis à sécher. La dernière opération manuelle consiste en un ébarbage plus fin pour ôter toute trace de moulage. Puis le santon est remis à sécher avant d'être cuit dans un four à 800° C. L'ultime opération est la décoration qui se fait toujours à la main.

 

Voici les principaux personnages de la crèche provençale :

 

l’enfant Jésus ou le si bel enfant : Jèsu ou lou tant bèu pichot 

saint Joseph : Sant Jousè 

la Vierge Marie : la Santo Vierge 

le bœuf : lou biou 

l’âne : l’ase

les bergers, les pâtres : li pastre 

l'ange Boufarèu

le vieux et la vieille : lou viei et la vièio 

le ravi : lou ravi 

le valet de ferme : Pistachié

le tambourinaire :, lou tambourinaire 

Ont été ajoutés, plus tard, des santons qui représentent les petits métiers d’autrefois.

le pêcheur: lou pescadou

la poissonnière : la peissouniero 

le porteur d'eau : lou pourtarié d’aigo  

le bucheron : lou bouscatié 

la jardinière : la jardiniero 

la fermière avec les produits de la ferme : la masièro 

le meunier avec son sac de farine: lou móunié  

le boulanger : lou boulangié  

le vannier : lou banastaire

le rétameur : l’estamaire

le rémouleur : l’amoulaire 

la lavandière : la bugadiero 

Et on trouve aussi le chasseur et le ramoneur, le curé (et son vicaire), le moine et le maire qui se mêlent avec l'Arlésienne, l'aveugle et son fils Simon, les Bohémiens.

Il existe différentes représentations pour chacun de ces personnages.

Les attitudes, postures et accessoires ne sont pas figés et c’est qui fait la belle variété de nos crèches!

 

Les santons présentés ci-dessous sont des sujets neufs ESCOFFIER.



Informations complémentaires


la bohémienne

le couple de vieux

le chasseur

le meunier

le tambourinaire

l'agneau

l'enfant Jésus

la Vierge Marie

la vieille à la cruche

le berger

le roi mage

l'aveugle